Eriac

Smic 2018

Smic 2018 : son montant mensuel et son taux horaire

En 2018, le Smic en France est en légère hausse par rapport à 2017 (+1,24%). Voici tout ce qu’il faut savoir sur le montant du Smic net, du Smic brut ou encore sur le Smic horaire et le Smic mensuel.

Depuis le 1er janvier 2018, le Smic est en hausse de 1,24% (contre 0,93% en 2017).  Ainsi, le nouveau montant du Smic horaire brut 2018 est de 9,88 euros (contre 9,76 euros en 2017).

  • Le montant mensuel brut sur la base de 35 heures du Smic 2018 est de 1 498,47 euros, contre 1 480,27 en 2017. Il s’agit donc d’une hausse mensuelle de 18,20 euros.
  • Le montant annuel brut du Smic est de 17 981,64 euros en 2018 contre 17 763.24 euros en 2017.
  • Le montant mensuel net passe quant à lui à 1  173 euros contre 1  153 euros en 2017.

Le gouvernement a donc suivi les conseils du groupe d’experts sur le Smic qui avait conseillé de ne pas accorder de coup de pouce au Smic et de s’en tenir au minimum légal « pour ne pas fragiliser les améliorations en court sur le front de l’emploi. Précisons que le Smic est calculé en prenant en compte deux critères. L’inflation subie par les 20% ménages les plus pauvres et le gain de pouvoir d’achat du salaire de base des ouvriers et employés.

Au delà de la hausse annuelle du Smic, le gouvernement d’Edouard Philippe souhaite mettre en place une politique qui vise à aider les bas salaires. Pour cela, le gouvernement prévoit une baisse des cotisations sociales compensée par une hausse de la CSG de 1,7 point. Le communiqué officiel du gouvernement explique d’ailleurs que la hausse du Smic « couplée à la baisse des cotisations salariales, représente en salaire net pour une personne travaillant à temps plein, une augmentation de 235 euros sur l’année ».

11:40 – Le Smic hôtelier également revu à la hausse

La hausse de 1,24% du Smic depuis le 1er janvier 2018 implique également une hausse du Smic hôtelier, le salaire minimum en vigueur dans l’hôtellerie et la restauration. Dans ce secteur d’activité, l’usage veut que le salaire minimum soit 10% au-dessus du Smic afin de compenser les conditions de travail parfois difficiles (travail de nuit, travail le dimanche, postures pénibles…). Il ne s’agit toutefois pas d’une obligation présente la loi ou les conventions collectives. Depuis le 1er janvier 2018, le Smic hôtelier brut est donc de 1 648,12 euros et le Smic hôtelier net de 1 290,30 euros.

11:37 – Dans ses vœux aux Français Laurent Wauquiez évoque le Smic

Le 31 décembre, en direct de son fief du Puy-en-Velay, le nouveau président de LR Laurent Wauquiez a présenté ses vœux aux Français. Il en a profité pour détailler ses principales priorités économiques et sociales. Il s’est positionné comme le défenseur des classes moyennes et du pouvoir d’achat. Concernant le salaire minimum, il a déclaré : « actuellement, un salarié au Smic ne gagne pas plus que s’il restait chez lui à toucher les prestations sociales ». En revanche, il n’a pas précisé s’il préférait une hausse du Smic ou une baisse des allocations sociales.

03/01/18 – 15:01 – En plus de la hausse du Smic, voici ce qui change pour vos salaires en 2018

Depuis le 1er janvier 2018, le montant du Smic est en hausse. Mais ce n’est pas le seul changement qui concerne votre pouvoir d’achat pour cette nouvelle année : CSG, retraite, cotisations chômage et maladie… voici ce qui peut vous concerner.

03/01/18 – 14:52 – L’économiste Gilbert Cette réclame une réforme du Smic

Depuis le 1er janvier 2018, le Smic a été revu à la hausse sans coup de pouce mais en tenant compte de l’inflation. Le gouvernement Philippe a donc agit comme les précédents gouvernements. Il n’a pas tenu compte du rapport d’un groupe d’économistes demandant la fin de l’augmentation automatique du Smic à chaque début d’année. Dans une interview accordée au Dauphiné libéré le 1er janvier 2018, le président du groupe d’experts, Gilbert Cette, a regretté cette décision. Mais il estime que le gouvernement pourrait suivre ses recommandations pour le calcul du Smic 2019 : « je crois qu’aujourd’hui, la porte n’est pas fermée à toute réforme. A ma connaissance aucune décision n’a été prise. Je conserve bon espoir que nos arguments seront entendus ».

22/12/17 – 11:26 – Smic 2018 : pas de coup de pouce mais une baisse de charges

Le 1er janvier 2018, le Smic va connaître une augmentation de 1,24%. En revanche, aucun coup de pouce n’a été donné. Mais pour le gouvernement, la politique fiscale mise en place sur l’année 2018 sera plus efficace. De fait, la hausse de la CSG, devrait rapporter 21 euros par mois, soit 252 euros sur un an à un salarié au Smic travaillant à plein temps. Pour en savoir plus sur la hausse de la CSG, voici un dossier complet sur le sujet.

20/12/17 – 10:51 – Smic français : une comparaison européenne

Le nouveau montant du Smic sur l’année 2018 est en hausse de 1,24% par rapport à 2017. Mais que vaut le Smic français à l’échelle européenne ? Réponse dans le dossier ci-dessous. L’écart est très important entre le Luxembourg, au sommet du classement, et la Bulgarie qui occupe la dernière place.

15/12/17 – 16:07 – Pas de coup de pouce exceptionnel en 2018

Si le gouvernement a décidé d’augmenter le Smic de 1,24% à compter du 1er janvier 2018, il a fait le choix de s’en tenir à la revalorisation légale et de ne pas accorder de coup de pouce au salaire minimal. Une constante depuis 2012. Il a donc suivi les conseils du groupe d’experts sur le Smic qui a « fortement recommandé » de « s’abstenir de tout coup de pouce afin de ne pas fragiliser les améliorations en cours sur le front de l’emploi ». Selon les experts un Smic trop élevé pourrait augmenter le coût du travail et fragiliser les embauches.

15/12/17 – 15:56 – Et les montants du Smic en 2018 sont…

Suite à l’annonce officielle du gouvernement qui a annoncé une hausse du Smic de 1,24% à compter du 1er janvier 2018, il est possible de déterminer les différents montants du Smic. Ainsi, le Smic horaire net sera de 7,83 euros soit 1 188 euros par mois pour un salarié travaillant 35 heures. Rappelons qu’en 2017, le Smic horaire net était de 7,64 euros, soit 1 153 euros par mois.

15/12/17 – 15:32 – C’est officiel : le Smic augmentera de 1,24% au 1er janvier 2018

Ca y’est, c’est officiel. Dans un communiqué de presse diffusé le 15 décembre dans l’après-midi, le ministère du Travail annonce que le Smic augmentera de 1,24% dès le 1er janvier 2018. « En application des dispositions légales, le Smic horaire augmentera de 1,24% au 1er janvier 2018. Couplé à la baisse des cotisations salariales, cela représente en salaire net pour une personne travaillant à temps plein, une augmentation de 35 euros par mois et 428 euros par mois ».

15/12/17 – 11:21 – Le montant du Smic 2018 sera dévoilé le 19 décembre

A compter du 1er janvier 2018, le montant du Smic sera revu à la hausse. Le nouveau montant du Smic sera dévoilé officiellement le mardi 19 décembre par Muriel Pénicaud, ministre du Travail, à l’issue d’une réunion de la Commission nationale de la négociation collective (CNNC). Le montant du Smic 2017, avait été annoncé le 16 décembre 2016 par Myriam El Khomri. A priori, le salaire minimum sera revu à la hausse pour tenir compte de l’inflation. En revanche, il ne devrait pas bénéficier d’un coup de pouce. Pour le gouvernement la suppression des cotisations maladie et chômage (financée par la hausse de la CSG) permettra d’augmenter le pouvoir d’achat des salariés au Smic.

15/12/17 – 11:20 – Smic 2018 : voici l’estimation de l’AFP

Le montant du Smic 2018 n’a pas été officiellement annoncé par le gouvernement. Cependant, l’AFP a effectué une estimation. Selon l’Agence France Presse, le Smic ne bénéficiera pas de coup de pouce (une continuité depuis 2012). Le Smic horaire augmenterait de 12 centimes dès le 1er janvier 2018, pour s’établir à 9,88 euros brut, soit 7,61 euros. Pour le moment, le montant du Smic horaire est de 9,76 euros bruts. Ainsi, le montant du Smic brut à temps plein passerait de 1 480,27 euros à 1 498,47 euros (soit 1 153 euros net).

Smic brut

En 2018, le Smic mensuel brut, c’est-à-dire avec les cotisations sociales du salarié, atteint 1 498, 27 euros contre 1 480,27 euros en 2017.

Le montant brut du Smic
Date Smic mensuel brut
Source : Insee
1er juillet 2005 1 217,88 €
1er juillet 2006 1 254,28 €
1er juillet 2007 1 280,07 €
1er mai 2008 1 308,88 €
1er juillet 2008 1 321,02 €
1er juillet 2009 1 337,70 €
1er janvier 2010 1 343,77 €
1er janvier 2011 1 365 €
1er décembre 2011 1 393,82 €
1er janvier 2012 1 398,37 €
1er juillet 2012 1 425,67 €
1er janvier 2013 1 430,22 €
1er janvier 2014 1 445,38 €
1er janvier 2015 1  457,52 €
1er janvier 2016 1 466,62 €
1er janvier 2017 1 480,27 €
1er janvier 2018 1  498,47 €

Smic horaire brut

En 2018, le Smic horaire brut est revalorisé. Il atteint 9,88 euros, contre 9,76 euros précédemment.

Le montant brut du Smic horaire
Date Smic horaire brut
Source : Insee
1er juillet 2005 8,03 €
1er juillet 2006 8,27 €
1er juillet 2007 8,44 €
1er mai 2008 8,63 €
1er juillet 2008 8,71 €
1er juillet 2009 8,82 €
1er janvier 2010 8,86 €
1er janvier 2011 9 €
1er décembre 2011 9,19 €
1er janvier 2012 9,22 €
1er juillet 2012 9,40 €
1er janvier 2013 9,43 €
1er janvier 2014 9,53 €
1er janvier 2015 9,61 €
1er janvier 2016 9,67 €
1er janvier 2017 9,76 €
1er janvier 2018 9,88 €

Smic net

En 2018, le Smic mensuel net a lui aussi évolué. Après déduction de la CSG et de la CRDS, il atteint environ 1  188 euros net par mois pour 35 heures hebdomadaires contre 1  153,72 en 2017.

Le montant net du Smic
Date Smic mensuel net
Source : Insee
1er janvier 2010 1 056,24 €
1er janvier 2011 1 072,07 €
1er décembre 2011 1 094,71 €
1er janvier 2012 1 096,88 €
1er juillet 2012 1 118,29 €
1er janvier 2013 1  120,43 €
1er janvier 2014 1 128,70 €
1er janvier 2015 1 135,99 €
1er janvier 2016 1 143,72 €
1er janvier 2017 1 153 €
1er janvier 2018 1 173 €

Smic horaire net

En 2018, le montant du Smic horaire net avoise 7,83 euros. Ce chiffre ne peut être qu’indicatif, le montant des cotisations sociales retenues sur le Smic horaire brut pouvant varier d’une fiche de paie à l’autre. En 2017, il était de 7,64 euros.

Smic et allègement de charges sociales

Depuis le 1er janvier 2015, les cotisations patronales relevant des Urssaf sont totalement supprimées pour les salaires au niveau du Smic, conformément à ce qu’avait annoncé Manuel Valls lors de son discours de politique générale, le 8 avril 2014, hors cotisations d’assurance chômage.

Autre changement intervenu au 1er janvier 2015 : le taux de cotisations familiales est passé de 5,25% à 3,45% pour les employeurs éligibles à la réduction générale des cotisations dite « réduction Fillon » au titre de leurs salariés dont la rémunération est inférieure à 1,6 fois le montant du Smic. Depuis le 1er janvier 2016 la mesure est étendue aux salaires inférieurs à 3,5 Smic : « Les cotisations famille seront abaissées de 5,25% à 3,45% pour les salaires compris entre 1,6 et 3,5 Smic (soit 1,8 point en moins) », peut-on lire sur le site Internet du gouvernement.

Calcul du Smic

Jusqu’en 2009, le Smic était revalorisé le 1er juillet de chaque année. En 2010, la date de cette réévaluation est fixée au 1er janvier. En février 2013, un nouveau mode de calcul du Smic est mis en place. Ce mode de calcul est toujours en vigueur en 2017 et le sera également en 2018. Il prend en compte deux éléments :

  • L »inflation mesurée pour les ménages du premier quintile de la distribution des niveaux de vie (soit les 20% des ménages les moins aisés),
  • La base de la moitié du gain de pouvoir d’achat du salaire horaire moyen des ouvriers et des employés, et non plus des seuls ouvriers.

Précédemment, l’ampleur de l’augmentation du Smic était calculée en additionnant :

  • L’évolution de l’indice des prix à la consommation (IPC), précisément celui des ménages urbains dont le chef est ouvrier ou employé, hors tabac
  • La moitié de la croissance du pouvoir d’achat du salaire horaire de base ouvrier (SHBO)
  • En dehors de ces revalorisations annuelles, le Smic est également rehaussé lorsque l’indice des prix (hors tabac) augmente de plus de 2%.

Enfin, ces modes de calcul définissent des hausses minimales, le gouvernement pouvant choisir de donner un coup de pouce au Smic en allant au-delà. Par ailleurs, un groupe d’experts sur le Smic instauré en 2008, émet chaque année des recommandations concernant l’évolution du salaire minimum. Sa composition a été complètement renouvelée au mois d’avril 2013. Il est désormais présidé par François Bourguignon, directeur d’études à l’EHESS. C’est ce comité qui a décidé de ne pas accorder de coup de pouce au Smic en 2016 ainsi qu’en 2017 et en 2018.

Fin du Smic ?

Chaque année, un groupe d’experts donne un avis consultatif sur l’augmentation annuelle du Smic. Dans son rapport sur la hausse du Smic en 2018, ce cercle de réflexion dirigé par l’économiste Gilbert Cette propose une piste explosive qui a fuité le mardi 5 décembre 2017: supprimer la revalorisation annuelle du Smic.

Selon ce comité, « les relèvements du salaire minimum peuvent avoir un effet préjudiciable sur l’activité des personnes les moins qualifiées et sur la pauvreté de celles-ci ». Le rapport préconise en revanche une majoration de la prime d’activité. Pour le moment, chaque mois de décembre, le salaire minimal est revu à la hausse pour tenir compte de l’inflation. Le gouvernement peut même décider d’accorder un « coup de pouce » (le dernier en date a eu lieu en 2012).

Précisons que le rôle de ce comité d’experts est uniquement consultatif. Le gouvernement n’est pas tenu de suivre les préconisations effectuées. Précisons que pour le moment, il n’a fait aucune déclaration officielle sur ce rapport. Seule Muriel Pénicaud, ministre du Travail a pris la parole à l’Assemblée nationale le mercredi 6 décembre. Elle a déclaré « prendre le temps de la concertation » et ne pas « se précipiter ». Selon elle, « nous ne devons pas nous précipiter, mais nous devons pouvoir en discuter en toute sérénité en laissant le cap du caractère essentiel du Smic pour le pouvoir d’achat et la cohésion sociale »

Suite à cette annonce, le monde syndical a immédiatement clamé son opposition à cette proposition. Ainsi, pour le secrétaire général de Force ouvrière Jean-Claude Mailly, « si le gouvernement venait à retenir cette proposition, ce serait une faute économique et sociale lourde de sens, accentuant l’image d’un gouvernement des riches ».

Générations, le nouveau parti de Benoît Hamon est également vent debout contre les préconisations des comités un tweet du compte officiel du parti déclare : « après la casse du code du travail, le gouvernement s’attaque au Smic. Va-t-il bientôt falloir défendre les congés payés ? Ce démantèlement de nos acquis sociaux est indécent ».

De son côté, le député insoumis de Seine-Saint-Denis Alexis Corbière a fait naître une polémique le 6 décembre. Dans un tweet, il explique que la mort de Johnny Halliday ne doit pas faire oublier la menace qui pèse sur le Smic. Face aux critiques, le député a effacé son message qui continue néanmoins à scandaliser une partie des internautes.

Evolution du Smic

Retrouvez ci-dessous l’évolution du Smic mensuel brut entre 2005 et 2017. Le Smic mensuel brut a évolué entre 2005 et 2017. La hausse de ce revenu est lié à quelques coups de pouce mais aussi à une augmentation annuelle décidée par le gouvernement qui suit les préconisation d’un comité d’experts. Retrouver dans le graphique ci-dessous l’évolution du Smic mensuel brut.

Le Smic n’a pas connu de coup de pouce depuis 2012. © JDN

Smic et salaire minimum

Le Smic correspond au salaire minimum en vigueur en France. Les employeurs ne peuvent donc rémunérer un salarié, quel que soit son contrat, en-dessous de ce seuil. En septembre 2013, le Conseil des prud’hommes d’Evry a ainsi condamné Carrefour pour non-respect du Smic.

Mais les conventions collectives et les accords d’entreprise peuvent eux aussi définir une rémunération minimale selon l’emploi occupé. Dans ce cas, c’est le salaire minimum conventionnel (supérieur au Smic) qui doit être respecté.

Des voix s’élèvent pour ne plus uniformiser le Smic, parfois accusé de faire augmenter le coût du travail. Ainsi en juin 2016, le  think tank France Stratégie a proposé de faire varier le Smic en fonction de l’âge du salarié ou du territoire où il se trouve. Cependant la loi Travail a précisé qu’aucune négociation ne pouvait conduire à rémunérer un salarié en dessous du Smic horaire.

Smicards en France

Selon les données de la Dares publiées en décembre 2016, 10,6% du salariat du secteur privé est rémunéré au Smic. Cela correspond à 1,65 millions de personnes. Il s’agit d’un chiffre en recul par rapport à 2005, année où 16,5% des salariés étaient rémunérés au Smic. Précisons également que les femmes sont surreprésentées parmi les bénéficiaires du Smic (55%).

 

Laisser un commentaire

Noter *
Ce champs est réquis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Champs invalide

Champs invalide

Champs invalide